Vous êtes ici

Les leaders communautaires et de guides religieux de la ville Yamoussoukro engagés contre les violences basées sur le genre, notamment en période de Covid-19

Le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, L’UNFPA et le Canada ont organisé à Yamoussoukro une cérémonie d’engagement de 30 leaders communautaires et guides religieux de la ville de Yamoussoukro pour la lutte contre les violences basées sur le genre, particulièrement en période de Covid-19. Cette cérémonie est un signal fort des autorités traditionnelles et religieuses de la région des Grands-Lacs a contribué à la réduction des violences dont sont victimes les femmes et les filles.

En Côte d’Ivoire, 3157 personnes survivantes de Violences Basées sur le Genre (VBG) sont prises en charge par les plateformes de VBG dont 2674 femmes et filles ; 55 % des cas de viol pris en charge dans les délais 72 heures, 85 % des alertes de mariages forcés et 56 % des alertes de mutilations génitales féminines gérés avec succès. (Source MFFE/DEPS : GBVIMS 2019)

 

La lutte contre les violences basées sur le genre, notamment au cours de la période de la crise sanitaire liée au Coronavirus, demeure une priorité pour le gouvernement de Côte d’Ivoire et ses partenaires, y compris le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).  En effet, l’avènement de la pandémie de Covid-19 a davatage exposé les femmes et les filles aux risques de violences conjugales, de viols, d’excision, de surcharge de travail. Cette situation pourrait contribuer à l’abandon de l’école de nombreux élèves, notamment des filles. Cette cérémonie a été donc l’occasion des chefs traditionnels et des guides religieux à réitérer leur volonté à protéger les populations vulnérables, dont les femmes et les filles contre toutes formes de violences auxquels elles pourront faire face. A cet effet, ils se sont engagés à initier ou à accompagner des campagnes de sensibilisation auprès des communautés et de leurs fidèles afin de prévenir ces violences au seins de leurs circonscriptions ou de leur zone d’influence.

 

Cette initiative s’inscrit dans le projet « Education inclusive et maintien des filles à l’Ecole » financé par le gouvernement du Canada et mis en œuvre par l’UNFPA en collaboration avec le ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement Technique et Professionnel.

 

Afin de permettre une meilleure prise en charge des victimes et de renforcer les mécanisme et prévention et de protection, les victimes ou témoins de violences basées sur le genre sont invités à les signaler au Commissariat de police, au poste de la Gendarmerie ou au centre social le plus proche ou à appeler les numéros suivants : 40 82 45 75 ou 50 18 77 35.