Vous êtes ici

Le secours

 

Nouvelle bachelière, Inès, 19 ans et résidente de la ville de Man, entend s’orienter en biologie à l’Université. Malgré les difficultés qu’elle a éprouvées dans la gestion de son hygiène menstruelle durant l’année antérieure, elle a réussi à achever son cursus secondaire contrairement à bien de jeunes filles.

En effet, de nombreuses élèves ont des rendements scolaires insatisfaisants en raison de leurs absences multiples en classe, tous les mois, à la période des menstrues. Douleur menstruelle, manque de protection, inconfort, stigmatisation … les motifs énumérés sont légions. Rester à la maison semble être une solution à leur mal mais ceci crée un autre mal : l’échec scolaire.

L’an dernier, Inès a malheureusement eu des dommages à cause des serviettes hygiéniques jetables qu’elle utilisait. Elle était régulièrement mal à l’aise lorsqu’elle avait ses règles. Cela était dû à la matière inconfortable qui composait la serviette et aux picotements qu’elle ressentait lors de l’utilisation. De plus, ces serviettes devaient être renouvelées ; une peine pour cette future biologiste soucieuse de l’environnement.

Elle a heureusement bénéficié d’un lot de trois serviettes lavables dans le cadre du projet « Droit à l’éducation inclusive et maintien des filles à l’école » exécuté conjointement par l’UNFPA et le Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation et financé par Affaires Mondiales Canada. Ces serviettes conçues par les filles auditrices issues des IFEF ont été distribués à 5000 filles en Côte d’Ivoire dont Inès.

Ce don a été bénéfique pour la jeune fille : « Quand j’ai mis ma belle serviette réutilisable, j’ai aimé le confort. Aucune sensation gênante. En plus, elle ne pollue pas l’environnement et ne nécessite pas qu’on en achète tous les mois contrairement aux serviettes jetables. Une réelle économie pour ma petite bourse ».

Pour Inès, ces serviettes sont un gage de maintien de la fille à l’école pour toutes celles issues de milieu défavorisé et qui n’ont pas suffisamment de ressources pour acheter des serviettes jetables correctes tous les mois.

Ce projet qui attrait à la condition de la jeune fille, vise aussi à mitiger l'impact de la menstruation sur les filles afin que tout comme Inès, les élèves filles achèvent leurs cursus dans les meilleures conditions.