Conditions de vie des personnes déplacées et des familles d’accueil en zone gouvernementale : résultats de l’enquête

No. of pages: 184

Publication date: 1 January 2007

Author: UNFPA

Download

Les déplacements internes des populations du fait des confits armés restent un problème mondial aux proportions catastrophiques. En 2005, plus de 25 millions de personnes étaient touchées et nombre d'entre elles continuent
de souffrir sans recevoir une assistance ou une protection suffisantede la part de leur gouvernement et de la communauté internationale.

Les déplacements internes des populations du fait des confits armés restent un problème mondial aux proportions catastrophiques. En 2005, plus de 25 millions de personnes étaient touchées et nombre d'entre elles continuent
de souffrir sans recevoir une assistance ou une protection suffisante de la part de leur gouvernement et de la communauté internationale. Pourtant, les recommandations du Programme d'Action de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (P A/CIPD) relatives aux personnes déplacées préconisent la recherche de solutions durables aux problèmes des PDIs, l'assistance et la protection effectives à l'endroit et tout particulièrement des femmes et des enfants, la fourniture de services sociaux de base et la mise en place de programmes d'aide et de réinsertion dans les plans de développement tout en respectant le principe de l'équité entre les sexes. Au plan mondial, d'importants progrès ont été accomplis au cours de la décennie écoulée comme en témoigne une meilleure connaissance du problème des déplacements internes concrétisée par l'élaboration et l'application croissante du cadre normatif pour la protection de droits des personnes déplacées que constituent les "Principes Directeurs relatifs au déplacement des personnes à l'intérieur de leurs pays" publiés en 1998 par les Nations Unies.

En Cote d'Ivoire, dès le déclenchement de la crise en 2002, l'on a enregistré d'importants mouvements de populations fuyant les zones de combat. Le Gouvernement, à travers la Cellule Solidarité et Action Humanitaire et
la communauté humanitaire (agences des Nations Unies, ONGs nationales et internationales) ont apporté une assistance à ces besoins pressants et nouveaux notamment, par la fourniture de vivres et de non-vivres. Dans le
souci d'apporter une réponse aux besoins générés par la crise, l'identification et la réinsertion des victimes, l'évaluation des préjudices subis en vue de la réparation des dommages, sont des préoccupations majeures du
Ministère de la Solidarité et des Victimes de Guerre (MSVG).